Nous, les enfants et les jeunes d’aujourd’hui, avons besoin d’être bien éduqués, nous avons besoin de rêver, nous devons être en bonne santé pour pouvoir être de bons leaders demain, et tout cela n’est possible que si vous, nos chers parents, nous le permettez.

Je reste convaincu que l’éducation et le développement des compétences restent le meilleur moyen, sinon l’ultime, d’assurer la sécurité de l’enfant future.My je m’appelle Stacey Fru, je suis une jeune militante et une auteure internationale multi-primée basée en Afrique du Sud. Je suis le fondateur de la Fondation Stacey Fru, à travers laquelle je donne des livres aux enfants défavorisés et inaccessibles, des vêtements, des ordinateurs, de la nourriture, des séances d’apprentissage, etc.Je suis une militante des droits de l’enfant. J’ai animé le dialogue sur la façon dont les individus peuvent agir pour prévenir et éliminer le travail des enfants dans leurs communautés.

Cela a été rendu possible grâce au soutien du Bureau International du Travail pour l’Afrique, à travers son projet ACCEL Africa (Action Accélérée pour l’Élimination du Travail des Enfants dans les Chaînes d’Approvisionnement en Afrique), et de ma fondation, la Fondation Stacey Fru.

Ce dialogue a été pour moi un canal important pour m’adresser à un large public sur une question d’une importance majeure pour nous tous. C’est un problème qui affecte la vie de nombreux enfants en Afrique. 152 millions d’enfants dans le monde sont victimes du travail des enfants, dont 72,1 millions en Afrique.À travers la Fondation Stacey Fru, je défends les enfants du monde, en particulier ceux d’Afrique.

J’ai eu l’occasion de discuter avec la Directrice régionale de l’OIT pour l’Afrique, Mme Cynthia Samuel Olonjuwon. Au cours de nos discussions, j’ai pu comprendre les multiples raisons pour lesquelles les enfants sont engagés dans le travail des enfants en Afrique, la pauvreté étant la principale raison. Bien que cela soit déplorable, je pense que nous avons tous un rôle à jouer pour éradiquer ce phénomène qui menace la vie de nombreux enfants sur le continent. Mme Cynthia m’a clairement fait comprendre que le fait d’impliquer un enfant dans le travail compromet l’avenir de l’enfant, et je suis de tout cœur d’accord avec elle. Je pense même que c’est une pratique inhumaine.

La communauté internationale a déclaré 2021 Année Internationale pour l’élimination du Travail des enfants, appelant tous les gouvernements, les organisations internationales, la société civile et les particuliers à prendre des mesures concrètes cette année pour éliminer le travail des enfants afin d’atteindre la cible 8.7 des Objectifs de développement durable.

Nous devons agir maintenant pour sauver la vie de millions d’enfants qui travaillent en Afrique.Nous devons agir maintenant pour sauver la vie des 72,1 millions d’enfants africains impliqués dans le travail des enfants. L’avenir du continent dépend des enfants. Nous, enfants et jeunes d’aujourd’hui, sommes appelés à gouverner et à diriger nos États demain. Nous devons donc être bien éduqués dans divers domaines, nous devons rêver, nous devons être en bonne santé pour pouvoir bien performer demain, et tout cela n’est possible que si vous, nos chers parents, nous le permettez.

J’ai participé à de nombreux événements organisés en Afrique pour la lutte contre le travail des enfants, en mars dernier par exemple, c’était le lancement régional de l’Année Internationale pour l’Élimination du Travail des Enfants, organisée par l’Union Africaine avec le soutien de l’OIT. De telles initiatives sont louables.

Je félicite toutes ces personnes, toutes les organisations qui, chaque jour, se battent pour la cause des enfants et des jeunes, comme moi. Je reste convaincu que l’éducation et le développement des compétences restent le meilleur moyen, sinon l’ultime, d’assurer l’avenir d’un enfant.

Stacey Fru

Rencontrez Stacey Fru, une Auteure pour Enfants Sud-Africaine lauréate de plusieurs Prix Internationaux qui a été présélectionnée pour le Prix Mondial pour la Paix des Enfants 2020 juste après avoir été nommée Enfant Prodige mondial. C’est une philanthrope et militante qui, à l’âge de 12 ans, a été honorée par le président égyptien El Sisi comme la Jeunesse la plus prometteuse d’Afrique en 2019. Stacey, maintenant âgée de 14 ans, a écrit son premier livre « Smelly Cats » à l’âge de 7 ans. Depuis, elle a consacré une partie de sa vie à tendre la main, à inspirer et à éduquer des personnes de différents âges à travers le monde. Avec plus de 30 Prix et reconnaissances, Stacey a publié 5 livres pour enfants à succès internationaux et continue d’écrire.

Articles

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.