Par Karen L. Weslowski, LL.B., Avocat en litige

Pour les personnes qui n’ont ni le temps ni l’argent pour acheter leur propre cheval, la location est une excellente alternative à la propriété de cheval. La location peut fournir la jouissance d’un cheval sans la responsabilité ou le coût supplémentaire. Pour les propriétaires de chevaux, la location peut aider à réduire certains des coûts associés à la propriété de chevaux. La clé d’un bail de chevaux réussi est de s’assurer que toutes les parties sont conscientes de leurs droits et obligations en vertu du bail. Cet article abordera certaines des questions qui se posent dans le contexte d’un contrat de location et fournira des suggestions concernant la négociation et la rédaction d’un bail de chevaux.
Le contrat de location

Un contrat de location est un type particulier de contrat. Un contrat est un accord, écrit ou oral, avec des termes spécifiques entre deux ou plusieurs personnes (ou sociétés) dans lequel il y a une promesse de faire quelque chose en échange d’un avantage précieux, connu dans la loi sous le nom de « contrepartie. » Les contrats n’ont pas besoin d’être écrits pour être exécutoires. Cependant, en cas de litige, il est souvent difficile de prouver l’existence et les termes d’un contrat oral. En tant que tel, lorsque cela est possible, les contrats de location doivent être rédigés par écrit.

La personne à qui le cheval est loué (généralement le propriétaire du cheval) est appelée le « bailleur. »La personne qui loue le cheval est appelée le « locataire. »
Types de baux

Il existe une variété de contrats de location, y compris un bail complet, un demi-bail ou un bail partiel. Il peut y avoir d’autres noms pour ces baux, car il n’existe pas de terme « technique » correct pour les différents types de baux.

Location complète

Dans la situation de location complète, le locataire paie généralement tous les coûts du cheval, tels que l’embarquement, l’alimentation, les factures de vétérinaire et les factures de maréchal-ferrant, en échange de pouvoir utiliser le cheval quand le locataire le souhaite. Cette situation s’apparente le plus à la propriété de chevaux. Généralement, un bail complet ne limite pas les heures et les jours de conduite ni les utilisations auxquelles le cheval peut être soumis, par exemple la participation à des spectacles équestres. En plus de payer toutes les dépenses du cheval, le bailleur peut exiger le paiement d’une redevance de location. Les frais de location peuvent être calculés en pourcentage de la valeur totale du cheval. Par exemple, si les frais de location sont calculés à 25% de la valeur du cheval et que le cheval vaut 10 000 $, les frais de location seront de 2 500 $ par an.

 contrat de location de chevaux, contrat de cheval, contrat équin, leasing équin, karen weslowski, miller thomson, leasing a horse, comment louer un cheval

Dans une situation de location complète, le locataire paie généralement toutes les dépenses du cheval, y compris les frais d’alimentation, de pension, de maréchal-ferrant et de vétérinaire. Photo: Canstock / Cretien

Dans un demi-bail, les dépenses sont réparties à parts égales entre le locataire et le bailleur en échange du droit du locataire de prendre soin du cheval et de le monter 50% du temps. Dans un bail partiel, le locataire a le droit de monter le cheval un nombre prédéterminé de fois par semaine, en échange du paiement d’un pourcentage des dépenses du cheval, ou, dans certains cas, d’une redevance forfaitaire.

Pré-location

Avant de louer un cheval, le locataire peut souhaiter faire effectuer un contrôle vétérinaire. Le contrôle vétérinaire permettra au locataire de savoir quelles sont, le cas échéant, les conditions préexistantes du cheval avant de conclure le contrat de location. Cela pourrait être important si le cheval devient boiteux ou meurt pendant la durée du bail et que le bailleur impute cela à l’utilisation du cheval par le locataire. Dans ce scénario, le bailleur peut se tourner vers le locataire pour obtenir une compensation (à moins que le bail ne traite spécifiquement de cette éventualité, ce qui est discuté ci-dessous). Si le locataire ne peut pas prouver qu’une affection non liée ou préexistante a causé la boiterie ou la mort, cela pourrait causer des difficultés pour le locataire.

Liés: La Valeur des Contrats de pension de chevaux
Termes d’un Contrat de location

  • Un bon contrat de location doit contenir les informations suivantes:
  • Le nom du propriétaire légal du cheval et le nom du bailleur (si ce n’est pas la même personne);
  • Le nom du locataire;
  • Une description complète du cheval, y compris son nom enregistré, son numéro d’enregistrement, son sexe, sa race, sa taille, sa couleur, son âge et ses marques;
  • La date de début du bail;
  • La date de fin du bail;
  • Un terme indiquant qui est responsable du paiement des dépenses suivantes ou, s’il doit être partagé, des pourcentages respectifs payables par le bailleur et le locataire, et un terme indiquant à qui ces paiements doivent être effectués (par exemple, s’il est partagé, le locataire paie-t-il directement au bailleur sa part de la facture ou paie-t-il directement sa part de la facture): pension, maréchal-ferrant, vétérinaire, aliments pour animaux (s’ils ne sont pas inclus dans la pension), frais de leçon et frais de spectacle équestre;
  • Si le le bail peut être résilié avant la date de fin et, dans l’affirmative, à quelles conditions;
  • Si le bail peut être renouvelé;
  • Les noms des personnes autorisées à monter le cheval (si quelqu’un d’autre que le locataire);
  • Si le locataire doit prendre des leçons auprès d’un certain instructeur, ou s’il peut choisir un instructeur;
  • À quelle fréquence le locataire peut monter le cheval et s’il existe des restrictions sur les utilisations auxquelles le locataire peut mettre le cheval (par exemple, une restriction sur la hauteur à laquelle le locataire est autorisé à sauter le cheval);
  • Si le locataire peut emmener le cheval hors de la propriété pour des promenades en sentier;
  • Le bailleur peut vouloir inclure un terme selon lequel le locataire utilise le cheval à ses propres risques et que le bailleur n’est pas responsable de toute perte ou dommage causé au locataire à la suite de toute activité associée à l’utilisation du cheval; et,
  • Il peut y avoir un certain nombre d’autres questions à inclure, telles que qui détermine l’horaire du maréchal-ferrant du cheval, les besoins d’alimentation, les besoins d’entraînement et même de petites choses telles que tirer la crinière, couper et polir les sabots. Les désaccords sur ces petites choses peuvent souvent causer le plus d’irritation et de ressentiment entre les parties à un bail. S’il y a des conditions supplémentaires à inclure, les parties au bail devraient discuter de leurs préoccupations particulières.

 contrat de location de chevaux, contrat de chevaux, contrat équin, crédit-bail équin, karen weslowski, miller thomson, leasing a horse, comment louer un cheval

Toutes les parties devraient être claires quant à leurs droits et responsabilités en vertu du bail, y compris les noms des personnes autorisées à monter le cheval, à quelle fréquence le cheval peut être monté et si le cheval peut ou non être montré. Photo: Canstock / Pictries

Comme indiqué, les parties peuvent également souhaiter que le bail traite de ce qui se passe si le cheval devient boiteux ou, pire encore, meurt pendant la durée du bail. Si cela se produit en raison de la faute du locataire (ce qui pourrait être difficile à prouver), le locataire sera-t-il tenu de verser au bailleur une somme fixe à titre de compensation? Inversement, que se passe-t-il si le cheval est boiteux sans faute du locataire? Dans cette situation, le locataire obtiendra-t-il un remboursement des frais de location et des dépenses connexes puisque le locataire ne se sert pas du cheval? Ce sont des questions que les parties devraient discuter avant de conclure le contrat de location. Si les bailleurs ont des préoccupations particulières, ils doivent les spécifier dans les termes du bail. Si les locataires ont des doutes sur les termes du bail, ils doivent demander et obtenir des éclaircissements.

Assurance

Il peut être dans l’intérêt du bailleur d’exiger du locataire qu’il obtienne une assurance sur le cheval pour assurer le paiement en cas de boiterie ou de décès du cheval, que cette boiterie ou ce décès soit survenu par la faute du locataire ou par suite d’une cause non liée.

Même si le bailleur n’a pas exigé du locataire qu’il obtienne une assurance sur le cheval comme terme du bail, il peut être souhaitable que le locataire obtienne une telle assurance. En faisant cela, le locataire se protège si le cheval devient boiteux ou meurt alors qu’il est sous sa garde. Ceci est particulièrement important si le cheval est très précieux et que le locataire ne pouvait pas se permettre d’acheter un cheval de remplacement pour le bailleur.
Résumé

L’aspect le plus important dans la négociation et la rédaction d’un bail de chevaux est de s’assurer que toutes les parties sont claires quant à leurs droits et responsabilités en vertu du bail. Une fois cela accompli, toutes les parties devraient être libres de se concentrer sur le cheval et de profiter des avantages du bail!

Cet article est fourni à titre de service d’information uniquement et n’est pas conçu comme un conseil juridique. Les lecteurs sont priés de ne pas donner suite aux informations fournies sans demander des conseils juridiques spécifiques en ce qui concerne leur situation unique et la loi applicable dans leur province de résidence.

Photo principale: / AnnaElizabeth Photography

Articles

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.